jeudi 7 juillet 2005

Alexia et Tarquine #3 – La mauvaise colère.

Face aux reproches de Tarquine, Alexia plaide la colère pour expliquer ses propos venimeux. Elle en a assez, dit-elle, de la beaufitude des zétéros qui se vautrent dans leurs certitudes biologiques pour mépriser, railler, et lapider les zomos. Elle ne supporte plus la situation et si ses propos ont dépassé sa pensée, c’est un juste retour de bâton que les zétébeaufs n’ont qu’à assumer.

Moi par exemple, je suis sommé par ce discours de colère, de me couvrir la tête de cendres au seul motif que je suis un zétéro. Rien, dans le texte d’Alexia en effet, ne me donne la moindre chance d’échapper au carnage. Je fais partie de la gent honnie, je dois être exécuté.
Mais non dit Alexia, la preuve j’ai plein de copains zétéros, même qu’on s’éclate ensemble.

Premièrement je ne fais pas partie des copains d’Alexia ; deuxièmement je n’aime pas m’éclater, mes plaisirs sont plus calmes, plus lents, plus secrets ; troisièmement, la première moitié du texte étant consacrée aux copains hétéros, la colère qui suit n’a plus rien de spontanée et devient un massacre parfaitement contrôlé.

La colère n’est donc qu’un prétexte, un écran de fumée, dont la seule fonction est de dissimuler la volonté de créer des communautés, ceux qui en seraient contre ceux qui n’en seraient pas, bons zomos contre vilains zétéros buveurs de bière et pondeurs de chiards. Alors ne parlons plus de colère mais parlons plutôt du fond.
A suivre.

Enregistrer un commentaire