lundi 30 janvier 2006

LES 35 INTERMEDES

Il faut bien s’amuser un peu entre deux mâchonnements de déception. Comme toujours, c’est Racontars qui m’agite ses jeux et cadavres exquis, et comme un bovidé mal dégrossi je me rue sur le chiffon rouge. Un joli jeu de dupes. Trente cinq phrases qui commencent comme on veut qu’elles commencent, à moi de trouver la fin. Alors, voilà mes fins du fin. Vous l’aurez bien cherché. Les débuts de phrase sont gras et moi je suis maigre.

1. Une fois ma mère
a voulu mourir en marchant droit devant elle. Elle n’a même pas réussi, elle en était pourtant à son deuxième essai à 70 ans d’intervalle. Elle est morte autre part et autrement.

2. Je n’ai jamais appris
à danser le tango. Alors quand je l’entends avec son bandonéon sournois, mon cerveau se tord sans que je puisse bouger, et j’ai des crampes.

3. Quand j’avais cinq ans,
je m’ai perdu. Je m’ai jamais retrouvé.

4. Le collège c’était
une immense usine à intellos avec un grand parc. Il y eut la première mixité de l’histoire de l’instruction laïque et obligatoire, et j’ai découvert que les filles étaient des trucs dont on pouvait tomber amoureux.

5. Je n’oublierai jamais
que je dois 15 000 euros à mon meilleur copain, qui ne l’est plus.

6. Une fois, j’ai rencontré un mec une fille
qui m’a exposé la théorie de la relativité. Je n’ai rien compris, et pourtant elle tournait.

7. Il y a ce type que je connais
depuis si longtemps que je crois bien qu’il n’est jamais né. Une sorte d’immortel qui a toujours été présent, sauf la fois où il a eu envie de me faire une blague : il est mort sans prévenir, mon père.

8. Une fois, dans un bar,
j’ai mangé un palmier à l’ombre d’une orange. Etrange, étrange, étrange.

9. A midi, en général,
c’est cantine pour tout le monde, et moi je blogue.

10. La nuit dernière,
j’ai dormi.

11. Si seulement
je pouvais bavarder avec Héraklite.

12. La prochaine fois que j’irai à l’église,
je fracturerai un tronc pour le donner à un cul de jatte.

13. J’aime bien
rouler sur les trottoirs avec mon catxcat.

14. Quand je tourne ma tête à gauche,
je vois Fabius et des boutons me poussent sur le nez.

15. Quand je tourne ma tête à droite,
je vois Sarkozy et les boutons coulent leur pus.

16. Tu sais que je mens
quand je blogue.

17. À la fac,
ya des petites fleurs ya des petites fleurs, enfin il paraît parce que je n’y ai jamais mis un bouton.

18. Si j’étais un personnage de série télé,
avec mon gros flingue en vrai j’anéantirais toute l’équipe de tournage et toutes les équipes de tournage de toutes les séries télé et tous les producteurs de toutes les équipes de tournage de toutes les séries télé, il n’y aurait plus de série télé à la télé et je pourrais dormir avec ma femme.

19. Le même jour l’an prochain,
j’espère être en train de bloguer à midi. Sinon vous irez cracher sur ma tombe.

20. Le pseudo qui m’irait le mieux
est le nom que me donnera ma fille le jour où enfin elle se décidera à m’appeler par le nom que j’aimerais entendre.

21. J’ai du mal à comprendre
les femmes qui se réjouissent de voir leur fils réussir un attentat suicide.

22. Si je retourne à l’école demain matin,
vu ma tête et mon âge on va m’accuser de pédophilie.

23. Tu sais que je t’aime bien,
et tu fais semblant de ne pas me connaître quand je te croises dans la rue.

24. Si je gagne un prix
ce ne sera que justice, et pas trop tôt.

25. J’espère que 2006
ne sera pas une année bissextile. Je hais le mois de février presque autant que le mois de décembre.

26. Suivez mon conseil,
ne suivez aucun conseil.

27. Le meilleur des petits déj
est celui qu’on prend le matin d’une journée de catastrophes mais on ne le sait pas encore.

28. La chanson que j’adore mais que je n’ai pas
est la chanson du maçon que Claude chante avoir chantée devant ses volets verts mais qui ne nous a jamais chantée à nous, et il est mort un trois mars en nous laissant sa fin sur notre faim.

29. Si vous visitez ma ville natale,
vous irez fracturer un tronc de la cathédrale Saint-André et vous ferez un don à un cul de jatte.

30. Pourquoi personne ne dit
que je suis beau.

31. Si vous passez la nuit chez moi,
n’oubliez pas votre équipement de survie.

32. Le monde peut très bien se passer
de moi, mais moi je ne peux pas me passer du monde.

33. Je préfère torcher le cul d’un éléphant
que traverser un pont de singe, surtout si l’éléphant me suit.

34. Le mieux
est l’ennemi du bien. Trop facile.

35. Eh, au fait,
on gagne quoi à ce jeu ?

Voilà, c’est fini, j’envoie puis je vais faire un tour chez Labosonic et Lewis. Il me retournera son Clarke.

Enregistrer un commentaire